La famille d'Ombret de Jalhay (1)   

 

 

I. Henri d'Ombret (16384) (2) demeurait à Nessonvaux ou Vaux-sous-Olne où ses descendants se sont maintenus longtemps. Lui-même et ses fils après lui y exerçaient des activités industrielles et sont inscrits au métier des fèvres.

Un acte du 15 mai 1518 (3), nous 'apprend que Henri d’Ombret était le père de cinq fils: Jehan, Henri, Close, Bernard, et Godfrin, ainsi que d’une fille Tourite. Dans cet acte de cession de rente, il est déjà constaté que

Godfrin est absent et que ses frères se portent fort pour lui. 

Le 10 octobre 1541, Godfrin fils Henri d'Ombret reporte à Close son frère, pour 200 florins une fois, tout ce qui peut lui être échu de ses père et mère. (4)

 

II. Godefroid d'Ombret de Jalhay (8192), nous semble bien s'identifier au Godfrin qui précède.

Le 19 décembre 1525, Godefrin, fils Henri d'Ombret, brasseur de Jalhea crée une rente de trois grands muis d'avoine au profit de Johan Fraykin, de Limborgh et, en garantie de cette rente, lui reporte "la court, maison, bressinne, jardin, où il manit à présent au dit Jalhea; item la 4ème part de la disme de dit Jalhea. (5)

Godfrin d'Ombret avait en effet, épousé à Jalhay, vers 1515, Marie Groulart, fille de Jean Groulart, seigneur de Surister ; la maison qu'il y occupait et dont ses fils firent relief, était encadrée d'autres biens Groulart.

 

Godfrin d'Ombret de Jalhay est décédé avant le 29 mars 1569 et le 19 février 1571, ses fils Johan et Pirotte font relief des biens laissés par leurs père et mère, et notamment de la "court, maison, jardin, et assiese qui fut le dit Godfrin, leur père, extant audit « Jalhea, joindant devant à real chemin à Johan Groulart le Jeune, dessoub à « Thomeson Groulart ». (6)

Les deux frères qui possédaient chacun une moitié du bien paternel ne semblent pas avoir désiré se maintenir à Jalhay, soit à cause des difficultés du temps, soit parce qu'ils s'établirent ailleurs. Far deux actes successifs du 31 mars 1573, les deux moitiés du bien furent cédées par eux à Thomeson Groulart, maître de forges et haut-veneur de S.A. au marquisat de Franchimont.  (7)

A notre connaissance Godefroid d'Ombret et Marie Groulart avaient eu trois fils:

1) Johan Godefrin d’Ombret, à Néau,qui va suivre sous IIIc.

2) Pirotte Godfrin d'Ombret, à Verviers, suivra sous III b

3) Godfroid ou Henri d'Ombret, qui suit sous IIIa.  (voir ci-après)

 

IIIa. Henri ou godfroid d'Ombret.

Un acte assez inattendu après le partage par moitié du bien d'Ombret révèle l'existence d'un troisième frère repris sous le IIIa :

le 12 juillet 1575, comparait devant la cour de Jalhay: "Hélaine, relicte de feu Godfroid. (prénom biffé et remplacé par Henry) d'Ombret le jeune, manante en Anvers, pour ses humiers et propriété de ses enfants orphelins, relève la tierce part de tous les héritages, cens et rentes laissés par feu Godefroid Dombret l'aisné et damoiselle Marie Groulart, son espouse, notamment court, maison etc... par vertu de la succession à elle et ses orphelins eschue par les dits décès de son dit feu mari t, comme de ses beau-père et belle-mère. (8)

Ce relief semble bien être resté sans suite à Jalhay, mais en doit en retenir qu'un fils de Godefroid d'Ombret, prénommé Henri ou Godefroid s'est expatrié, se maria à cette Hélaine, habitant. Anvers en 1575, et en eut plusieurs enfants. Parmi ceux-ci figure probablement Thierry d'Ombret auquel M. Octave le Maire a consacré son étude, et dont quelques éléments suivront sous IVa. (9)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IIIb. Pirotte d'Ombret (4096) , plus souvent dit Pirotte Godfrin de Jalhea, échevin de Jalhay de 1564 à 1566, obtient à Jalhay la moitié de la propriété paternelle; après décès de ses parents;, il en fit relief le 19 février 1571, et le 23 avril 1571, il grevait cette moitié d'une rente de 15 florins au profit d"un maître de forge voisin, Léornard Blan Johan, de Sart. (10) Le partage effectif avec son neveu Johan Godefrin le jeune, eut lieu le 8 janvier 1572, et le 31 mars 1573, Pirotte Godefrin cèda sa part à Thomeson Groular. (11)

A partir de cette époque on ne le trouve plus à Jalhay et nous avons toutes raison de penser qu'il quitta cet endroit pour se fixer dans la région de Verviers ou se retrouve sa descendance.

Nous ne connaissons pas le nom de son épouse ni la mention de tous ses enfants, mais on peut présumer que Godfrin Pirotte Godfrin fut son fils, qui suivra sous IVb.

 

IIIc. Johan Godefrin d'Ombret est habituellement dit Johan Godefrin de Nayouwe", parce qu’il se fixa dans la ville de Néau (nom ancien de la ville d’ Eupen).

On peut penser que sa femme, dont nous ignorons le nom, était de cette ville. Comme son père à Jalhay, il  y était brasseur à Néau.

Quant aux intérets qu'il conservait à Jalhay, il les transmit à son fils qui devait s'y marier. Nous ne lui connaissons que ce fils "Johan d'Ombret le jeune, qui suit sous IV.

 

IV. Johan Godefrin fils ou Johan d'Ombret le jeune épousa Jehenne Deloye, fille de Johan Deloye, échevin de Jalhay, puis homme d’armes au service de S.M.Cath.  et de Catherine Groulart; celle-ci 'était fille de Jean Pirotte Groulart et de Jehenne Sarter , fille de Guillaume Sarter, écuyer,seigneur d'Izier. (12)

Le contrat de mariage, conclu le 7 janvier 1572, attribuait à Johan d'Ombret toute la part revenant à son père, Johan d’Ombret l’ aîné dans les biens de Jalhay. Dès le lendemain de ce contrat, Johan Godfrin le jeune opérait avec son oncle Pirotte Godfrin, le partage matériel des dits bients (13).

Le 31 octobre 1572, ,Johan Godefrin le joène dit dlOmbret créait ume rente de 15 florins liégeois sur une « court, manoire, jardin assiese à Jalhea ». Dans l’acte il est dit habitant cet endroit.(14) 

Le 31 mars 1573, il cèdait son bien à .Thomeson Groulart moyennant une rente de 9 muids d'avoine dont la moitié était déjà rédimée le 1er décembre 1574.(15)

Johan Deloye ayant entrepris carrière militaire et devant « mourir en guerre" en 1584, Johan d’0mbret s’était interessé aux biens de la famille de sa femme; le 29 avril 1585, avec un beau frère habitant Eupen, il fait partage des biens délaissés par  Johan Deloye, mort l’année précédente et reprend le bien des Deloye à Jalhay. (16)

Enfin, le 16 janvier 1593, suite au décès de Jehan Pirotte Groulart, grand père maternel de son épouse, Jehan d'Ombret  de Jalhay releva la moitié de la foresterie de Jalhay, charge héréditaire transmise dans cette branche des Groulart (17).

Dès cette époque Johan d'Ombret  entreprit à son tour la carrière militaire et à la veille de s'engager au service du Roi d’Espagne, comme son beau-père, il donne une procuration générale à Jehenne son épouse.(18)

Cette carrière ne lui fut guère favorable si l'on en croit l'attestation donnée à sa fille, après sa mort, où il est noté quil fit  divers services de guerre, en quoi faisant il at dissipé son bien, tellement que finalement, il s'en est allé avec sa femme en Hongrie, au service de S.M. Impériale, où il estoit lieutenant capitaine d’une compagnie d’infanterie; depuis, trépassé au mesme état au « camp pardevant la ville de Strigonie ou Gran sur le Danube, basse Hongrie…, ville célèbre par les sièges qu’elle a subis et honorablement enseveli au regard de son estat, en l'exercice  dequel il estoit loué, prisé et honoré, comme nous a esté tesmoigné par hommes de cognoissance fidèlement récités".

Nous ne lui connaissons qu'une fille:

Jehenne d'Ombret qui demanda à la cour de Jalhay une attestation dans laquelle nous avons relevé les précisions ci-dessus et traitant des ascendances de Jehenne déclare d’une part que Marie Groulart, épouse de Godefroid d'Ombret, était fille de Jean Groulart, seigneur de Suristert, et d'autre part que l'épouse de Jean Pirotte Groulart, était Jehenne Sarter, fille du seigneur d'Izier. La cour atteste la qualité de gentilhommœ de ces deux seigneurs, sans se prononcer sur la qualité de la famille d'Ombret (19)

Lesquels seigneur de Surister et seigneur d’Izier et leurs descendants, sont et ont estés tenus et réputé, voir aprouvés pour gentilhommes, portant armes et blasons. Certifions que le dit feu père de la supliante estoit ens compagnies de chevaulx et faict aultres services de guerres".

 

IVa. Thierry  d'Ombret, chevalier (# 1), époux d"Hélène de  Faucuwez,(#2),fut capitaine de cuirassiers, bailli de Hal par lettres du 28 août 1593 (#3) et lieutenant-général de l'artillerie au service de S.M.C. (#4)

Un ancien document représentant les seize quartiers de ses enfants (#5) mais ne donnant toutefois pas les noms de ces quartiers, indique que sa mère devait être une Jalheau et sa grand mère paternel une Grou1art.

 

Thierry d'Ombret est décédé au siège de Cambrai en 1595; " A la fin du XVIème siècle, par suite de la trahison du gouverneur de Cambrai, cette antique cité impériale fut livré aux Français, qui y établirent comme nouveau gouverneur le maréchal Jean de Montluc dit Balagny, qui s’y oomporta en tyran avec l'aide de sa femme, véritable virago qui n'hésitait pas, au besoin, à parcourir la ville avec son escorte, la pique à la main pour intimider les habitants prêts à se soulever contre les occupants. En août 1595 le comte de Fuentes vint assiéger Cambrai avec un petit corps d'armée ne comptant que huit à neuf mille hommes, tant cavalerie (#6) qu'infanterie. C'est au cours de ce siège que Thierry d'Ombret fut tué (#7)

De son mariage, contracté entre 1572 (#8) et 1582 (#9) avec Hélaine de Faucuwez, décédé au château de Hal le 12 décembre 1614 (#10), Thierry d’Ombret avait laissé plusieurs enfants, dont on ne connait que les

suivants, par suite de ses déplacements au cours de sa carrière militaire.

1) Philippe-Ernest d’Ombret, qui suivra sous Va.

2) Jeanne d’Ombret, qui épousa à Hal, le 13 mai 1612, avec dispense du pape, pour cause de parenté, son cousin germain Pierre-Philippe de la Viefville, écuyer,sgr  de Romeries(lez Quesnoy-le-Comte, Hainaut), Petit- Cambrésis, Faucuwez (#11), fils d'Antoinede la Viefville, écuyer, sgr de Romeries, la Haye(à Gouy), bailli de Hal, et de Marguerite d’Ooghe dite de Faucuwez, dame héritière de Faucuwez, ,Ittre, ,Samme, Bart, Virginnal,

(dont postérité) 

3) Hélaine d’Ombret  qui épousa en 1ère noces, par contrat passé à Saint-Omer le 10, juin 1609,devant , les notaires royaux Guillaume de La Haye et Phillippe de Laben (#12), Antoine le François,écuyer, sgr de Broeucq, Wictes, Jacquemont, Banshof, Luxembourg ( à Avecappe11e), homme d’armes des ordonnances des Archiducs de la compagnie  du prince Lamoral de Ligne, né avant 1576, décédé à Saint-Omer entre 1617 et 1632, y enterré

avec épitaphe ornée de ses huit quartiers et des huit quartiers de sa première femme Philippote de la Motte Baraffe, décédé le 26 décembre 1608.

Il était fils de Jean le François, écuyer, sgr de Wictes, Luxembourg, Jacquemont, et de Françoise de le Flye, enterrés à Merville (#13)

Hélaine d'Ombret épousa 2° 'Thomas Mosgrave, écuyer(#14) et 3° François Christiaens (#15)

4) N... d'Ombret, épousa  au Pays de Liège, N..Segeraet (#16).

 

 

IVb. Godfrin Pirotte Godfrin  de Jalhay (2048), épousa à Stembert le 18 novembre 1607 (20), Marie Cusin, fille de Lambert Cousin, décédé avant le 15 avril 1570 et de N. delle Bouxhée (Barbe).

Le 14 janvier 1641 est décédé à Verviers, Marie fille de Jean Lambert Cousin, femme à Godefrin d'Ombret, et le 21 septembre 1666 est noté dans la même paroisse de Verviers, le décès de Godefroid d'Ombré, avec la mention "service"

Sans avoir retrouvé mention des baptèmes de leurs enfants, nous croyons pouvoir ranger parmi ceux-ci: '.

1) Pirotte Godfrin d’Ombret, qui suivra sous Vb.

2) Anne fille Godefroid d'Ombret née à Verviers le 27 mai 1627 (*) marraine en 1642

3) Catherine, fille Godefroid d'Ombret, marraine en 1646, 0n note ,à Verviers, le 25 mars 1663, le décès de   

    Catherine fille de Godfroid dombret, le père étant en vie à ce moment. (21)

4) Nicole Godfrin d’Ombret, marraine en 1657 et en 1647, décède à Verviers, le 30 avril 1687 avec la mention

    "jeune fille sous sa puissance »

 

 

 

 

 

 

 

 

Va. Philippe-Ernest d’Ombret, écuyer (#17), gouverneur et bailli de la ville de Hal du 1er avril 1614 (#18),

à son décès survenu le 30 août 1626 (#19), gouverneur et bailli intérimaire d'Enghien en 1623 (#20).

Ses armes timbrées figurent dans un manuscrit de J-B Houwaert, secrétaire de la ville de Bruxelles, avec la mention: "Philippe-Ernest Dombre, équier bailli de la ville et terroir de Notre-Dame de Hau" ( #21)

Il est également inscrit, comme membre, dans le régistre des arquebusiers d’Enghien, avec la qualification de bailli de cette dernière ville (#22).

Il épousa, peut-être à Louvain (#23), après fiancailles célébrés à Enghien, en juin 1617, Anne-Marguerite t’Serclaes, fille de Florent,écuyer, décédé à la Haye en 1612, et de Berthe van Swieten (#24)

Ces époux eurent les enfants suivants nés au château de Hal (#25)

1) Anne-Caroline d'Ombret, baptisée  le 26 septembre 1619 (susc.: Eugène prince-comte d’Arenberg, chevalier, comte de Seneghem, Chambellan de l'archiduc Albert, chevalier de l'Ordre Souverain de Malte, prévot de

ste  Waudru et de St-Germain à Mons, archidiacre de Campine, Chanoine de St-Lambert à Liège, plus tard capucin sous le nom de Père Désiré(#26);  Anne de Cro duchesse d’Arschot (mère du précèdent) (#27)

2) Philippe-François, né en juillet 1621 et décédé sans postérité.

Il fut nommé bailli de Hal le 5 septembre 1626, étant encore enfant, et ne prêta serment que le 19 juillet 1645(#28). Il occupa cette charge jusqu’à sa mort, sans avoir été marié.

3) Albert-Eugène-Alexandre, né le 12 novembre 1623, décédé sans post érité

4)Antoine-Florentin, décédé sans postérité. (susc. : Antoine de Guse; S.A.S. l'Infante Isabelle-Claire-Eugénie).

5) Adrien d'Ombret, décédé sans postérité.

 

Vb. Pirotte Godfrin d'Ombret (1024) doit être né vers 1610-1615 et mourut à Verviers le 19 juin 1663 

Il avait épousé d'abord, à Verviers le 20 avril 1637 (reg. 17 f°64), Marie, fille de Lambert le Magister .

Après le décès de sa première femme ,en 1653, Godfrin contracta une seconde union avec Barbe, fille de Piron le Rechayeux ou le Reixohoeur dit de Bolland.

 

Du premier lit:

1) Marie °Verviers le 1638 (reg. 4 fo128)

2) Godefroid °Verviers le 2 mars 1640 (reg. 4 f°149)(susc. Jean Moreau –Guillemine Bilstaien)

3) Anne ° Verviersle 30 juin 1640 (reg. 4 f° 175) (susc.Renier le Veultier et Anne fille de Jean everard) doit être morte jeune

4) Lambert ° Verviers le 17 mars 1642 (reg. 5 f°27) ( susc. Henri Petit le jeune – Anne fille de Godefroid d’Ombret) aussi morte jeune

5) Pierre ° Verviers le 3 mai 1643 (reg. 5 f° 48) (susc. Martin Henri Lamberti et Barbe épouse Lambert Cusin

6) Anne ° Verviers le 23 avril 1645 (reg .5f°91)

7) Jean ° Verviers le 16 avril 1646 (reg. 5 f°114) (susc.Nicolas Jacob et Catherine, fille de Godefroid d’Ombret)

8) Anne °Verviers le 28 août 1647 (reg.5 f°148) (susc. Nicolas Le Vache et Nicole d’Ombret)

9) Lambert °Verviers le 14 octobre 1648 (reg. f°174) (susc. Antoine Henrici Collet - Heluide Jois Huberti) qui suivra sous VIa .

 

Du second mariage avec  Barbe le Bechoeur dit de Boland du 14 février 1655

contracté à Verviers en la présence de Hubert  Thavigné - Jean Bilstein, nous connaissons les enfants suivants:

1) Godefroid °Verviers le 9 février 1656 (reg.6 f°118) (susc. Fransiscus Isaak de Polleur - Gertrude Malaise qui suivra sous VIb.

2) Pierre °Verviers le 6 août 1657 (reg.6 fO146) (susc. Denis Kinap et  Nicole Godfrin d'Ombre) qui suivra sous VIc.

3) Catherine °Verviers le 1 septembre 1659 (reg.6 f°186) (susc. Françoise et Jeanne Phel)

4) Jean °Verviers le 12 septembre 1661 (reg.7 f°17) (susc. Jean Berbe - Jeanna, fille Nicolas de Mol)

 

 

 

 

 

 

VIa Lambert d'Ombret, né à Verviers le 14 octobre 1648, fils de Pirotte Godtrin d'Ombret et de  Marie le Magister, épousa le 9 septembre 1668, à Verviers , ,Lejoly Jeanne .

Lambert Pierre Godefroid d’Ombret decide après son mariage de s'établir à Stavelot.

 

VIb Godefroid d’Ombret (512), né à Verviers le 9 février 1656 de Pirotte Godfrin d'Ombret  et de Barbe le Rechayeux dit de Boland épousa à Verviers le 10 mai 1680 (reg.22 f°39) Elisabeth Grigo (Grégoire), sont présent au mariage: Rd Maître Henri Mouraux et Rd maître Servais de la Rochette et Rd Thavegné Hubert et Jacques Jean et autres.. De cette Union:

1) Pierre ° Verviers le 9 mars 1681 (reg.8 f°19b) (susc. Jean Pirotte Godfrin - Mari La.. )

2) Ida °Verviers le 9 novembre 1682

2) Godefroid °Verviers le 7 juin 1684 (reg.8 f°283) (susc. Léonardo Grégoire - Catherine Pirotte Godefrin ) 

3) Jean ° Verviers le 6 aout 1687

4) Barbe ° Verviers le 15 juin 1690

5) Jean-Pierre ° Verviers le 26 mai 1693  qui suit sous VII (jusqu’ici les régistres paroissiaux étaient uniquement de Verviers  (R.P Verviers reg 8 f° 96,237,283 –reg.9 f° 54,121,179 –reg. 27 f° 30)

 

 

 

VII Jean-Pierre Dombret (256) ,né à Vervier le 26 mai 1693 épousa le 10septembre 1714 Elisabeth Bertrand décédée le 19 juin 1754 à Verviers.

De cette union :

1) Elisabeth née à Verviers le 11 janvier 1715

2) Henry Noel né à Verviers le 20 décembre 1715

3) Godefroid né à Verviers le 25 décembre 1718 qui suivra dans la généalogie des Dombret à Malmedy

4) Godefroid Joseph né à Verviers le 15 septembre 1720

5) God.Théodore né à Verviers le 25 février 1723

6) Catherine Jeanne né à Verviers le 2 novembre 1724

7) Jean-Pierre né à Verviers le 17 mai 1726

8) Catherine née à Verviers le 12 septembre 1732

( Régistres paroissiaux de Verviers reg. 25 f° 3 - reg. 26 f° 139 - reg. 11 f° 123,160,202,234,279,335 –reg 12 f° 190)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Références et sources des informations.

 

(1)

Cette étude est basée sur un document daté du 25/11/1973 reçu à Liège en main propre du notaire Pierre Hanquait ; ce même document fut remis en 1963 à Octave Lemaire en vue d’une étude sur Thierry d’Ombret.

Etude publiée par la suite dans l’intermédiaire des généalogistes n°111, 3/1964, p120

Cette étude a été complétée par la recherche de tous les actes cités dans ces études et complétés par les actes de la généalogie de la famille Guy Dombret.

 

(2)

Le numéro (16384) correspond au numéro des ascendants de Guy Dombret voir généalogie Guy Dombret

 

(3) A.E.L., cour d’Olne, 1bis, f°38

 

(4) A.E.L., cour d’Olne, 1bis, f°175

 

(5) A.E.L., Echevins de Liège,102 f°263 v°

 

(6) A.E.L., cour de Jalhay,34 f°172

 

(7) A.E.L., cour de Jalhay, 4 f°169

 

(8) A.E.L., cour de Jalhay, 5 f°105

 

(9) O. Le Maire, A propos d’un grès de Raeren, II, Thierry d’Ombret,

      dans l’intermédiaire des généalogistes n°111,3/1964,p120.

 

(10) A.E.L., cour de Jalhay, 3 f°172 et 182

 

(11) A.E.L., cour de Jalhay, 4 f°35 et 169

 

(12) O.Le Maire a fait une confusion, dans l’article repris sous la référence (9) , confusion entre deux

        Jean Groulart : Catherine n’était pas consanguine de Marie Groulart, l’épouse de Godefrin Dombret.

        Jean Pirotte Groulart, père de Catherine ne fut pas seigneur de Surister et n’appartient pas au rameau

         qui posséda cette seigneurie, mais à celui des forestiers de Jalhay, charge qui sera relevée en 1593,

         par Johan dombret le jeune.

 

(13) A.E.L., cour de Jalhay, 4 f°5 et 35

 

(14) A.E.L., cour de Jalhay, 4 f°121

 

(15) A.E.L., cour de Jalhay, 4 f°170 et 73

 

(16) A.E.L., cour de Jalhay, liasse 62

 

(17) F.Tihon, Livre des fiefs du marquisat de Franchimont, p76

 

(18) A.E.L., cour de Jalhay, 8 f°65

 

(19) Attestation non datée, reproduite par J.S. Renier, Histoire du ban de Jalhay II,p301

 

(20) Registres paroissiaux de Verviers 16 f°11

 

(21) On relève à Verviers, le 30 avril 1687, le décès de Nicole Godfrin Dombret « jeune fille sous sa puissance »

 

(#1 à 28) O. Le Maire, A propos d’un grès de Raeren, II, Thierry d’Ombret,

               dans l’intermédiaire des généalogistes n°111,3/1964